"OPERATION PRAYING MANTIS" (TEMPORARY TITLE) - Plume et Conscience
96
post-template-default,single,single-post,postid-96,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,qode-title-hidden,qode_grid_1300,side_area_uncovered_from_content,qode-content-sidebar-responsive,qode-theme-ver-17.0,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,disabled_footer_bottom,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.5,vc_responsive

« OPERATION PRAYING MANTIS » (TEMPORARY TITLE)

Golfe Persique, 17 avril 1988.

Le Sargord(1) Rasheed Abdul Khamenei attendait patiemment le bon moment dans un coin peu éclairé du submersible américain. Un voyage de près de cinq années tirait bientôt à sa fin, un voyage un peu trop long. Ce qui le répugnait le plus fut d’avoir coupé ses cheveux et rasé sa barbe. C’était pour LA cause, se disait-il à contrecœur. Sa terre natale lui manquait, il ne se permettait pas d’avoir ce sentiment sans se sentir coupable devant Allah. Le fidèle ferma les yeux et se remémora la mission afin de se garder concentré.

Rasheed et son supérieur, le Sarhang(2) Jahangir Muhammad Teymourian, avaient été sélectionnés pour une mission secrète en sols américains dans le but d’infiltrer l’institut USAMRIID(3) de Fort Detrick au Maryland. Leurs grandes connaissances des langues étrangères et des sciences en avaient fait des candidats idéals. Les services secrets iraniens, grâce à des sources inéluctables, avaient découvert que l’institut fondé en 1969 n’avait pas pour seul objectif de faire des recherches en défense sur les armes biologiques. L’établissement travaillait en secret sur la création d’une force de frappe bactériologique, on craignait que le conflit islamiste ne s’envenime davantage et que des mesures de plus en plus drastiques soient nécessaires afin de sauvegarder le précieux or noir.

Pendant leur infiltration en terre infidèle, la guerre froide, qui avait tous les signes précurseurs d’une grippe, perdait de ses ardeurs, ce qui força le Sarlashka(4) Yahya Rahim Safavi à accélérer ses plans en ordonnant à ses agents de procéder immédiatement à la récupération. En effet, l’officier était persuadé que si les États-Unis ne sentaient plus la pression mondiale, il ferait disparaître le laboratoire circonspect et toutes les traces des recherches effectuées, afin que personne ne découvre la cabale américaine qui était contraire à ce que le pays défendait avec impétuosité.

Les deux agents prirent les quatre premières années dans le but d’étudier le centre et ses effectifs. Au moment venu, ils avaient liquidé deux des employés qui avaient les niveaux de sécurité nécessaires ainsi qu’un profil physique semblable au leur. Ils fabriquèrent des moules et utilisèrent du latex pour copier leurs visages et empreintes digitales. Une fois maquillés, les sosies pénétrèrent dans le cœur même des quartiers sécurisés de la base. Ils passèrent les caméras ainsi que l’identificateur d’empreintes. Personne ne les soupçonna, ce qui leur laissa le loisir de photographier tous les documents sur microfilm et d’extraire des échantillons de virus qu’ils placèrent à l’intérieur d’un socle dévissable d’une réplique de bouteille d’eau qui contenait un système de refroidissement.

La sortie fut aussi aisée que de déclencher une fausse alarme d’incendie durant l’heure du déjeuner. Leurs visages n’ayant été captés par aucune caméra, ils n’eurent qu’à retirer les masques une fois à l’extérieur et déserter les lieux paisiblement avec les agents pathogènes.

Les ordres étaient simples : revenir en terre iranienne l’un avec les microfilms, l’autre avec les holotypes. S’il devait leur arriver malheur, il serait toujours possible de faire soit l’analyse des virus ou de les reproduire selon les plans microfilmés.

Ils se dirigèrent vers le NSWC Carderock Division(5), à Potomac au Maryland, où le sous-marin USS Florida(6) quitterait incessamment la base après les améliorations des sonars et l’installation d’une nouvelle technologie furtive. Le submersible irait rejoindre le USS Trenton(7) dans le Golf Persique pour leur relayer des composantes hydrauliques de rechanges et du personnel de remplacement, incluant deux aviateurs qui intéressaient particulièrement les Iraniens. Juste avant le départ, ils prirent à l’apparence de deux membres de l’équipage, disposèrent des cadavres et profitèrent du voyage pour étudier les deux pilotes de giravion.

Après 29 jours en mers, le moment du passage était arrivé. Tout le service était sur un pied d’alerte, les États-Unis préparaient une attaque pour répondre à la découverte de mines marines placées illégalement par l’Iran dans le golfe Persique et qui eu pour effet de couler la frégate USS Samuel B. Roberts.

Rasheed ne rêvait que d’une chose, revenir dans son pays et prier Allah loin des infidèles et des déguisements. Tout n’était pas encore joué, il fallait se transiter dans le USS Trenton, de là, ils auraient plusieurs options pour quitter le navire vers les frontières iraniennes où ils seraient en sécurité.

Après la traversée transatlantique, les espions connaissaient parfaitement les habitudes du Capitaine Stephen C. Leslie et du Capitaine Kenneth W. Hill. Lorsque le Capitaine Leslie passa la porte du mess, Jahangir ferma rapidement l’écoutille et la scella afin que personne n’entende. Le militaire se retourna surpris par la situation. Voyant Jahangir avec une seringue, il voulut se défendre, mais Rasheed l’immobilisât par l’arrière. La dernière chose dont l’otage se souvint est une injection dans sa carotide, puis le noir complet. La version adaptée d’acide gamma-hydroxybutyrique(8) avait fait son travail.

Le prisonnier dormirait pour une bonne période de temps et la drogue serait dissipée dans peu de temps et indétectable après autopsie. Ils traînèrent rapidement le corps dans une autre pièce du sous-marin. Ils confectionnèrent le moule pour faire un nouveau masque de latex, placèrent la victime dans un grand sac de matériel qui serait lui-même transporté sur le USS Trenton. Rasheed retira son déguisement actuel et le rangea soigneusement dans ses bagages afin de n’abandonner aucune trace. Il laissa sa peau s’exhaler à l’air libre. Bientôt le soleil du désert, pensait-il. Il appliqua ensuite le récent faciès sur son propre visage. Jahangir termina le maquillage. S’approcher du Capitaine Hill sans éveiller les soupçons serait un jeu d’enfant.

Deux heures plus tard, au repas, Rasheed saupoudra la médication dans le café du Capitaine Hill et après quelques instants, la victime fut complètement désorientée. Le faux Capitaine Leslie dit aux spectateurs de ne pas s’en faire, il le supportera jusqu’à l’infirmerie. Une fois sorti du mess, il rejoignit Jahangir et ils lui injectèrent le reste de la dose de drogue nécessaire. Ils procédèrent à la création du masque et Jahangir prit l’apparence du militaire. Ils placèrent le corps dans un deuxième sac de bagages.

Maintenant, plus que trois heures et ils seraient sur le USS Trenton. Les prétendus commandos s’étaient assurés que les deux soldats qui manqueraient à l’appel ne seraient pas sur leur quart de travail, leur disparition ne serait remarquée que plus tard.

En fouillant le harnachement des capitaines, ils trouvèrent des ordres de mission pour l’opération « praying mantis ». Une offensive contre l’Iran serait lancée dans exactement six heures. Ils devraient faire une surveillance aéroportée à l’aide d’un hélicoptère d’attaque SeaCobra(9) et détruire, au besoin, les mines qu’ils pouvaient détecter.

Les deux hommes se regardèrent sans parler. Ils savaient qu’ils ne leur resteraient que trois heures pour se rapporter à leur supérieur, faire le tour de vérification de l’appareil et partir pour le raid, ce qui leur laisserait encore une heure avant que l’équipage du submersible ne découvre la supercherie. Ils seraient déjà loin.

Ils échafaudèrent leur plan d’évasion. Tout était prêt. Ils prièrent Allah en silence.
(1) Major de l’armée de terre iranienne.
(2) Colonel de l’armée de terre iranienne.
(3) Institue de recherches médicales des maladies infectieuses de l’armée américaine.
(4) Major général de l’armée de terre iranienne.
(5) Base de recherches navales américaines spécialisée dans les technologies furtives, l’acoustique et l’hydromécanique.
(6) SSGN-728, sous-marin à missile balistique de classe Ohio.
(7) LPD-14, port amphibien de classe Austin.
(8) Mieux connu sous le surnom de GHB.
(9) AH-1T était une version améliorée de la version originale AH-1 Supercobra de l’armée américaine.
—————-
Note: la révision finale d’enrichissement et de correction du texte n’est pas 100% complété. Ceci laissera place à redécouvrir les extraits lorsque le livre sera terminé.

No Comments

Post A Comment