LE FEU ET L'AMOUR - Plume et Conscience
158
post-template-default,single,single-post,postid-158,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,qode-title-hidden,qode_grid_1300,side_area_uncovered_from_content,qode-content-sidebar-responsive,qode-theme-ver-17.0,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,disabled_footer_bottom,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.5,vc_responsive

LE FEU ET L’AMOUR

J’aimerais te dire les feux qui m’habitent.
Je voudrais que ces pensées, à jamais, me quittent.
Mais rien ne peut changer, l’enfer me guette.
Je n’ai encore rien dit et déjà je regrette.

Certaines blessures ne guérissent jamais,
À tous les jours je lèche mes plaies.
L’espoir incertain d’un avenir meilleur
Je garde le malin et refoule mes peurs.

Des mots, un poème…
Rien de bien troublant.
Pourtant je deviens blême,
Tel des ongles sur un tableau noir.

Je travaille tous les jours
À faire de mon mieux.
Je suis prisonnier pour toujours.
Mes douleurs droit coeur comme un pieu.

Je préfère te voir sourire et heureuse
Puis vivre ma souffrance en silence.
Je t’aime plus que mes peines douloureuses,
Même si le fardeau n’est que démence.

L’amour est le plus gros défi
Que Dieu nous a donné.
Saurais-je un jour le défi relever?
À ce jour je marche dans l’oubli.

No Comments

Post A Comment