PENSÉES 2010 - Plume et Conscience
196
post-template-default,single,single-post,postid-196,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,qode-title-hidden,qode_grid_1300,side_area_uncovered_from_content,qode-content-sidebar-responsive,qode-theme-ver-17.0,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,disabled_footer_bottom,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.5,vc_responsive

PENSÉES 2010

Lorsque l’on est petit, en allant jouer dehors de si bons matins, nous regardons notre ombre, imaginant géant et autres personnages que nous pourrons devenir. Tous les rêves et espoirs sont possibles.

Au midi de notre vie, lorsqu’entre deux quarts de travail, au moment du dîner, nous ne voyons plus notre ombre tant elle est petite. Nous nous sommes perdus dans le travail. Nous sommes devenus l’ombre de nous même, qui est absorbée et qui a presque disparu en totalité.

Puis, en vieillissant, lorsque notre retraite nous donne le temps de regarder un coucher de soleil, et que nous rabougrissons avec l’âge, notre ombre, elle, grandit derrière nous. Elle est le symbole de la sagesse grandissante, de l’apothéose d’une vie d’apprentissage et la préparation à commencer une vie nouvelle.

1er juillet 2010

No Comments

Post A Comment