UN SOUVENIR QUI NE S'EFFACE - Plume et Conscience
215
post-template-default,single,single-post,postid-215,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,qode-title-hidden,qode_grid_1300,side_area_uncovered_from_content,qode-content-sidebar-responsive,qode-theme-ver-17.0,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,disabled_footer_bottom,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.5,vc_responsive

UN SOUVENIR QUI NE S’EFFACE

Si tu te reconnais
Si tu voies le soleil
À travers tes yeux d’émeraudes
Comme dans mes rêves en éveil.

Tes lèvres douces comme un fruit mûr
Tendrement effleurent les miennes
Je regarde dans ton âme pure
Comme dans mes rêves tu es reine

Je pense encore souvent à toi
Brise légère qui embrasse mon corps
Avec la paix dans mon cœur en émoi
Je suis fébrile comme un conquistador.

Ton parfum du printemps
Ta tendresse des nuits torrides
Tout me manque ardemment
J’aimerais encore prendre ta main avide.

Ton regard félin
Sur moi se posait
J’ai été le vilain
Non, je n’ai rien oublié…

No Comments

Post A Comment