Maman, Maman - Plume et Conscience
446
post-template-default,single,single-post,postid-446,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,qode-title-hidden,qode_grid_1300,side_area_uncovered_from_content,qode-content-sidebar-responsive,qode-theme-ver-17.0,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,disabled_footer_bottom,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.5,vc_responsive

Maman, Maman

Le première fois que l’on s’est vu
Tu as pris ma main
Tu m’as serré tout contre toi
Et tu m’as donné le sein

J’étais si petit dans tes mains
Mais si grand en dedans
Jusqu’au jour où je déciderai
Tu avais déjà des plans

J’allais devenir grand
Être poli et aimant
J’étais ton monde
Tu étais ma vie

Puis plus tard j’ai grandi
J’ai pleuré et j’ai ri
Je voulais être policier ou pompier
Et même un super héro

Malgré tous mes cents coups
J’illuminais tes yeux à chaque matin
Tu étais là chaque fois que je tombais
Pour me dire d’essayer encore

Et un jour tout a changé
Je n’étais plus seul en dedans
On me disait d’être courageux
Et tu étais là pour moi

Malgré la douleur
J’ai gardé le sourire
Quelqu’un devait être là pour toi
Maman ne pleure pas

Je rêvais encore d’être grand
Mon nouveau métier serait
Être vivant et souriant
Comme la vie sera belle

Maman tu te caches pour pleurer
Mais tes yeux bouffis te trahissent
Je sais que tu voudrais que je sois là plus longtemps
Mais les voyages ne durent pas tous longtemps

Tu m’as donné mes plus beau moments
Bien sûr tu seras triste un temps
Mais promets-moi que tu seras assez forte
Car tu es mon héroïne
Et les héros ne meurent pas

La dernière fois que l’on s’est vu
Tu as pris ma main
Tu m’as serré tout contre toi
Et tu m’as laissé partir tout doucement

 

– Michel T Dallaire 2019-05-07

 

Photo by Liv Bruce on Unsplash

No Comments

Post A Comment